le site qui rassemble l'info libre et diversifiée (168 sources) sur le nucléaire (1113 articles à ce jour) pour vous permettre de voir clair... par vous-même...
Tags
 
Réseaux
Sortie du nucléaire : le point sur la situation
Source :
 
Photo : anonyme

Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur la sortie du nucléaire, en 2003, des investissements importants ont déjà été consentis dans de nouvelles centrales au rendement élevé (TGV, cogénération) et dans les renouvelables. De nombreux autres projets de production d’électricité sont en construction ou planifiés, et devraient voir le jour dans les années qui viennent. Pour les TGV, on peut citer Amercoeur (Roux), Marchienne, Visé ou encore Tessenderlo. Pour la cogénération gaz ou biomasse, les projets des entreprises Ineos, Exxon, Lanxess Rubber, Degussa (toutes à Anvers) et Stora Enso (Gand). Pour l’éolien, il y a les trois projets offshore les plus avancés, ainsi qu’une multitude de petits projets sur le territoire de notre pays.

A partir de la puissance installée de ces installations (et, le cas échéant, après déduction de la puissance d’unités qu’elles remplacent), leur production d’électricité peut être estimée sur base d’un chiffre d’équivalent d’heures de fonctionnement à pleine puissance. On arrive alors pour l’ensemble de ces projets récemment entrés en service, en construction ou devant entrer en service d’ici 2015, à une production électrique annuelle de près de 26.400 GWh (voir fichier en pdf ci-dessous). Or, les réacteurs nucléaires devant fermer en 2015 produisent 14.600 GWh/an . Un calcul prudent

Le premier chiffre peut être qualifié de « prudent ». En effet, il ne prend pas en compte les nombreux projets de centrales TGV annoncés et dont la concrétisation n’a pas encore réellement débuté, mais qui pourraient voir le jour avant 2015 ou peu après. Duferco a par exemple pris une option sur un terrain de 15 hectares en bordure de Sambre, à Farciennes, pour la construction d’une centrale de 450 MW. D’autres centrales TGV ont été annoncées en Flandre : Delta à Beveren-Indaver (425 MW), Essent à Genk (400 MW), Eneco à Beringen (900 MW), Borealis sur le même site (100 MW), EDF à Evergem (900 MW) et EDF à Dilsen (900 MW). Pour la plupart de ces centrales, d’une puissance totale de plus de 4.000 MW (plus du double de la puissance combinée de Doel 1, Doel 2 et Tihange 1 !), l’entrée en service escomptée est 2013-2014, mais les permis doivent encore être obtenus et des retards sont possibles/probables. Nous ne les avons donc pas du tout prises en compte. Nous n’avons pas non plus tenu compte du projet de centrale à charbon de l’Allemand E.on à Anvers. D’une puissance de 1.100 MW et devant entrer en service en 2014-2015, cette centrale suffirait à elle seule à remplacer près de 2/3 de la capacité nucléaire devant être mise hors service d’ici 2015, mais elle fait l’objet d’une vive opposition du mouvement environnemental à cause des importantes émissions de CO2 qu’elle générerait et, si elle a reçu la licence de production du ministre fédéral de l’Energie, tant la Région flamande que la province d’Anvers ont dit non à cette centrale.

En matière d’éolien offshore, outre les trois projets les plus avancés et pris en compte dans les calculs (871 MW), plusieurs autres projets ont obtenu la concession domaniale et d’autres encore ont introduit la demande de concession. Ces projets devraient voir le jour peu après 2015 et en tout cas d’ici 2020. Au total, la capacité installée des projets éoliens offshore sera alors supérieure à 2.000 MW. En marge de ces estimations, une multitude de petits projets

Nos calculs n’incluent pas non plus une multitude de petits projets, en particulier dans le domaine de la production d’électricité à partir de biomasse (avec ou sans cogénération, en ce inclus les projets de conversion de centrales au charbon en centrales à biomasse) et de la cogénération au gaz. Parmi ces projets on trouve Borealis Anvers (41 MW), Kemira (60 MW), BRC Anvers (40 MW), Cockerill Angleur (25 MW), Oleon Ertvelde (60 MW), Solvay Ineos Anvers (60 MW), Warcoing (40 MW), soit plus de 300 MW au total.

En outre, ces chiffres représentent la situation au jour d’aujourd’hui, mais il est clair que d’autres projets pourraient être lancés d’ici à 2015, surtout si la loi de sortie du nucléaire est confirmée par le prochain gouvernement fédéral et/ou que des politiques incitatives sont mises en place, notamment dans la cogénération.

Si pour 2015, la « relève » est assurée, le défi principal reste d’augmenter notre efficacité énergétique et de voir réaliser des investissements suffisants pour assurer notre approvisionnement en énergie d’ici 2025, tout en sortant totalement du nucléaire et en diminuant fortement nos émissions de CO2. Pour cela, il faudra développer davantage la cogénération, mais également les renouvelables (éolien, solaire thermique et photovoltaïque), notamment en jouant un rôle moteur dans les futurs grands projets renouvelables internationaux (éolien en Mer du Nord, solaire en Méditerranée) et en mobilisant les capitaux financiers en conséquence.


Retour au début
 
chrono
des thématiques
Sortie du nucléaire
Belgique : quelques heures pour éviter un nouveau Tchernobyl
 

voir (177)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Investissement
Tokyo pourrait débloquer au moins 100 millions de plus pour Fukushima
 

voir (58)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Renouvelables
Le Japon ne peut se passer du nucléaire
 

voir (134)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Energie
Japon : les premières relances de réacteurs nucléaires repoussées à l’hiver
 

voir (220)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Géopolitique
Départ imminent de plutonium de Cherbourg pour le Japon
 

voir (29)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Recherche
Des sédiments contaminés sur des distances relativement grandes
 

voir (53)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sortie du nucléaire
un site d’Etopia

Nous sommes tous de Fukushima

Le 11 mars 2011, le monde a basculé.

Bercé par la petite musique du lobby nucléaire, nous avions, comme dit Olivier Deleuze, confondu improbable et impossible. Après Fukushima, la réplique qu’on nous sert depuis 40 ans - "le risque zéro n’existe pas" - a pris une autre dimension. Même le premier ministre japonais déclare aujourd’hui que "le Japon a succombé au mythe de la sureté nucléaire".

Lire la suite

A propos des droits d’auteurs
 
 
La contribution
des verts
au débat :
Etopia
ECOLO
Partis verts
GEF
Heinrich Böll Stiftung
 
Notre sélection :
Les incontournables
 
Réseaux
Recherche
Recherche via les 411 tags :

Sources :

 
 
Proposer un article :