le site qui rassemble l'info libre et diversifiée (168 sources) sur le nucléaire (1113 articles à ce jour) pour vous permettre de voir clair... par vous-même...
Tags
 
Réseaux
Suite aux attaques de Paul Magnette - Olivier Deleuze ne fait pas de démagogie et répond par les faits
Source :
 
Auteur : Olivier Deleuze. Photo : anonyme

Ecolo entend répondre point par point aux contrevérités présentées voici peu par Paul Magnette sur son blog (http://paulmagnette.be/actu/1274/ec...) :

> Pourquoi, au moment où a été décidée la libéralisation du marché de l’énergie, avoir laissé toutes les centrales nucléaires, et même plus la quasi-totalité de notre parc de production, entre les mains d’Electrabel ? Il n’aurait bien entendu pas été possible d’exproprier Electrabel et de « nationaliser » les centrales. La Belgique n’en avait et n’en a toujours ni le désir, ni les moyens financiers.

En avril 2003, le Conseil des Ministres avait, suite à l’initiative d’Olivier Deleuze (Ecolo), alors secrétaire d’Etat à l’énergie, adopté le principe de mises aux enchères forcées de capacités virtuelles de production d’électricité pour une partie des centrales, de manière à aboutir à une concurrence de facto. Les écologistes ont quitté le gouvernement en mai 2003, et cette mesure n’a été mise en œuvre que des années plus tard, dans le cadre des « pax electrica ».

Toutefois, la vraie méthode structurelle pour mettre fin au monopole de cette société et, en même temps, opérer un choix clair de politique énergétique, est de sortir du nucléaire. En combattant cette option malgré la loi de 2003 sur la sortie planifiée du nucléaire, les gouvernements successifs renforcent ipso facto le monopole d’Electrabel.

> Pourquoi, au même moment, avoir décidé que les clients des intercommunales seraient automatiquement transférés à Electrabel, ce qui explique qu’aujourd’hui encore cette société ait encore plus de 60% des clients résidentiels et PME ?

Contrairement à ce que le ministre Magnette affirme, Ecolo n’a en rien décidé le transfert automatique des clients des intercommunales à Electrabel.

Le décret adopté unanimement par le Parlement wallon à l’initiative du ministre wallon de l’Energie José Daras (Ecolo) prévoyait que ce soit le gestionnaire du réseau de distribution (GRD) qui décide qui assurerait la fourniture « par défaut », c’est-à-dire pour les clients n’exprimant pas de choix. Ce sont donc bien les intercommunales GRD qui ont décidé, quand elles étaient mixtes, de transférer les clients à Electrabel. Au sein de ces intercommunales, ce n’est pas Ecolo qui est le parti dominant. Par ailleurs, via les aides à l’énergie verte, nous encourageons les consommateurs à choisir un fournisseur authentiquement durable.

> Pourquoi, alors que les études la CREG démontrent que la rente a commencé à se constituer dès 2001, ne pas avoir alors prélevé cette fameuse rente nucléaire ? Les 500 petits millions de réduction de prix qu’Ecolo a obtenu en quatre ans, c’est 10 fois moins que ce qu’il réclame aujourd’hui. Et c’était un évident jeu de dupes, puisqu’en l’absence de contrôle des prix, les producteurs ont très rapidement récupéré ces montants aux dépens des consommateurs ?

Le calendrier d’ouverture du marché en Belgique s’est étalé suivant les clients (gros ou individuels) et les Régions, du 1er janvier 2003 au 1er janvier 2007. La rente nucléaire est donc apparue le 1er janvier 2003 et non en 2001.

Quand les Ecologistes sont arrivés au gouvernement, ils ont constaté que les prix de l’électricité pour les consommateurs individuels étaient supérieurs en Belgique à ce qu’ils étaient dans les pays voisins. A l’initiative d’Olivier Deleuze, le gouvernement fédéral a décidé que les prix de l’électricité seraient ramenés de 1999 à 2002, à hauteur des pays voisins. D’où une baisse de 22.382.000 FB ou de 559 millions d’euros pour ces années.

Le contrôle des prix de l’électricité a pris fin le 1er juillet 2003, date à laquelle le Comité de Contrôle fut dissout. C’est donc un non sens de comparer les 559 millions d’euros d’il y a 10 ans, dans le cadre d’un marché régulé, et le 1,5 milliard d’aujourd’hui dans le cadre d’un marché libéralisé. Par ailleurs, le coût de l’amortissement accéléré des centrales nucléaires a été intégré par Electrabel depuis 1974 dans le prix de l’électricité vendue aux petits consommateurs et aux PME, comme aux gros consommateurs. Aujourd’hui, lorsque la rente est calculée, le gouvernement du ministre Magnette a choisi de ne prend en compte que le prix de vente aux gros consommateurs (48 euros par MWh) et pas aux petits (70 €/MWh). La rente est donc sous estimée et, par conséquence, diminue d’autant le prélèvement réalisé sur cette rente. Au final, les consommateurs individuels et les PME ne bénéficieront pas de programmes ambitieux de baisse de consommation d’électricité, seuls à même de faire baisser structurellement le poids de leur facture énergétique.

> Pourquoi n’avoir imposé qu’une assurance limitée aux producteurs nucléaires en cas d’accident, avoir laissé les provisions pour le démantèlement nucléaire dans les caisses d’Electrabel… ?

La loi du 11 juillet 2000 prise à l’initiative d’Olivier Deleuze a fait passer le montant de la responsabilité de l’exploitant nucléaire de 4 milliards de FB (soit 100 millions d’euros) à 12 milliards de FB (soit 300 millions d’euros). Par la suite, les conventions internationales du 12 février 2004 ont fait passer cette responsabilité à 700 millions d’euros. Mais celles-ci n’ont toujours pas été transposées en droit belge, malgré les sept années de participation gouvernementale du PS qui les ont suivies !

Chez Ecolo, nous sommes favorables à l’adoption du système allemand : responsabilité illimitée de l’exploitant et assurance obligatoire à concurrence de 2,5 milliards d’euros.


Retour au début
 
chrono
des thématiques
Partis verts
Ecolo : « L’énergie nucléaire est le problème, pas la solution »
 

voir (88)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Autorités
Belgique : quelques heures pour éviter un nouveau Tchernobyl
 

voir (265)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Opérateur
L’opérateur de la centrale veut rejeter l’eau décontaminée dans l’océan
 

voir (208)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Energie
Japon : les premières relances de réacteurs nucléaires repoussées à l’hiver
 

voir (220)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sortie du nucléaire
Belgium : Stop the next Chernobyl
 

voir (177)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Subsides
Sûreté nucléaire : le coup de pioche budgétaire
 
 
Renouvelables
Le Japon ne peut se passer du nucléaire
 

voir (134)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Rente
A côté de la propagande éhontée du forum nucléaire - L’irresponsabilité du secteur nucléaire se chiffre en centaines de millions
 
 
Démantèlement
Fukushima for ever
 

voir (79)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Responsabilité
Tihange 2 et Doel 3 : retour sur les évènements
 

voir (81)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Electrabel
Electrabel prolonge l’analyse de ses réacteurs nucléaires
 

voir (80)
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sortie du nucléaire
un site d’Etopia

Nous sommes tous de Fukushima

Le 11 mars 2011, le monde a basculé.

Bercé par la petite musique du lobby nucléaire, nous avions, comme dit Olivier Deleuze, confondu improbable et impossible. Après Fukushima, la réplique qu’on nous sert depuis 40 ans - "le risque zéro n’existe pas" - a pris une autre dimension. Même le premier ministre japonais déclare aujourd’hui que "le Japon a succombé au mythe de la sureté nucléaire".

Lire la suite

A propos des droits d’auteurs
 
 
La contribution
des verts
au débat :
Etopia
ECOLO
Partis verts
GEF
Heinrich Böll Stiftung
 
Notre sélection :
Les incontournables
 
Réseaux
Recherche
Recherche via les 411 tags :

Sources :

 
 
Proposer un article :